La recherche et l'innovation

La recherche et l'innovation

La Fondation accompagne l‘École dans ses besoins liés à la recherche et à l’innovation.

Votre don aide à concrétiser des projets de recherche ou des projets innovants, garantit une formation de qualité et contribue au rayonnement scientifique de l'École. Participez à former des ingénieurs compétents et inspirés pour l'avenir.

L’École abrite 8 plateformes et laboratoires qui accueillent les expérimentations et travaux de recherche des 70 enseignants-chercheurs et des doctorants dont la Plateforme TOAsT, la Plateforme TFFFC ou la Halle de technologies Agroalimentaires (produits laitiers, céréales, vin)

La recherche est répartie en 5 départements : Sciences végétales et Agronomie, Sciences Animales et Systèmes d’élevage, Sciences de l’agroalimentaire et de la nutrition, Sciences de l’Environnement et numérique, et enfin Sciences Humaines, Economiques et Sociales.

3 thèses qui vont démarrer et pour lesquelles nous avons besoin de vous !

Une thèse, c’est un engagement de 3 ans pour un doctorant et dont le coût de cette thèse s’élève à 80 000€ par an (salaire du doctorant, achat de matériel de travail et manipulations en laboratoire)

Désalcoolisation Innovante du VIN et autres applications oenologiques du CO2 supercritique

Le marché des vins désalcoolisés est en plein essor au niveau mondial et peu de technologies sont utilisables pour élaborer ce type de produit. Dans un souci de qualité, ces dernières doivent extraire de manière sélective les arômes et l’éthanol. Le CO2 supercritique (CO2sc) est un état du CO2 obtenu lorsqu'il est maintenu au-dessus de ses température et pression critiques (31°C et 74 bar). Le CO2sc possède les propriétés de solvant d’un liquide, de pénétration à l’intérieur de la matière d’un gaz, et a par le passé prouvé son efficacité pour extraire les arômes du vin.

L’objectif de DIVIN sCO2 est d’évaluer l’intérêt de cette technologie pour préserver les arômes avant de désalcooliser totalement le vin ou de réaliser des opérations œnologiques agressives (collage à la bentonite, désacidification).

Autour du LGC spécialiste de cette technologie, le projet associera le laboratoire Physiologie, Pathologie et Génétique Végétales (PPGV) spécialiste de l’analyse des composés volatils.

*l'abus d'alcool est dangereux pour la santé

Rôle des isoflavones et des saponines accumulées dans l’axe embryonnaire sur soja sur la mise en place de la symbiose racinaire (1/2 bourse ANR)

Le soja est une culture historique en Occitanie et stratégique en UE pour sa richesse en protéines de qualité.

Les isoflavones et les saponines sont des « plant specialized metabolites » (PSMs), qui suscitent un fort intérêt en recherche. La découverte de leur sécrétion par les racines et leur implication dans la symbiose fixatrice d’azote et dans l’équilibre du microbiote racinaire en fait des acteurs clés de l’adaptation des cultures aux nouvelles contraintes agronomiques (instabilité climatique, réduction d’intrants).

Cependant, la présence d’isoflavones a entrainé des mises en garde (FDA, ANSES) pour l’alimentation humaine.

On cherche donc à en réduire la teneur dans les variétés à usage alimentaire. Chez le soja, le contrôle de l’accumulation des PSMs dans le germe semble indépendant du reste de la graine, ce qui rendrait possible de moduler séparément leur teneur en PSMs.

Le projet SOY-ISOSYM vise à explorer finement ces différences de teneur et les conséquences sur le rhizobiote.

Creuser l’ATtachement et le Soin porté au SOl et leur contribution à la résiLience climatique dans des paysages agri-forestiers en transition

Le sol est une composante essentielle des écosystèmes, héberge une large part de la biodiversité terrestre, contribue à la nutrition et la santé des cultures, et pourrait jouer un rôle essentiel pour l’atténuation des effets du changements climatiques. Néanmoins, le sol ainsi que son enseignement sont souvent déconnectés de nos sociétés, alors même qu’il devient central notamment pour des professions agricoles dans un contexte de transition agro-écologique.

Notre projet de recherche interdisciplinaire vise à creuser littéralement les liens tissés avec le sol au sein de socio-écosystèmes que sont des paysages viticoles, et leur importance pour la résilience des sols et des vignobles.

Nous cherchons à évaluer les pratiques de soin des sols menées par les viticulteurs, et à mesurer l’impact de ces pratiques et du paysage forestier sur la capacité du sol à stocker du carbone, sa santé, sa biodiversité évaluée par la métagénomique.

Nous évaluerons la résilience climatique des sols des vignobles et des vignobles eux-mêmes, à partir d’indicateurs fournis par les agriculteurs. Enfin, au travers de l’étude d’indicateurs sur le sol et sa diversité, et le transfert de ces connaissances aux viticulteurs et aux étudiants, nous questionnons le rôle de la médiation scientifique comme levier du soin porté au sol, au niveau du socio-écosystèmes entourant les vignobles. Nous proposons de tester avec des technologies immersives comment la médiation auprès des lycéens et des décideurs peut impacter leur relation au sol, et contribuer à reconsidérer la place des sols dans la gestion des territoires.

Ce projet de recherche ouvre de nouvelles interactions, en recherche comme en enseignement au travers de l’implication active des étudiants, et permet de contribuer à la reconnexion au sol et à la cohésion locale, comme pilier central du bien-être et de durabilité pour la société.